EN
Suivez-nous sur Facebook!
Ma liste de souhaits   

L’ABC du vélo de montagne responsable

Mis à jour le 22 juin 2021

Le vélo de montagne est un moyen formidable de profiter de nos grands espaces de manière active! Le réseau des parcs régionaux du Québec et certains territoires opérés par les entreprises de tourisme d'aventure offrent de nombreux sentiers à explorer sur vos pneus cramponnés. 

En vélo de montagne, il est crucial de connaître les risques auxquels on s’expose, de comprendre le terrain et la signalisation, et de partager les sentiers de façon sécuritaire.

Voici notre recette pour une excursion de vélo de montagne réussie. 

Bien planifier son itinéraire de vélo de montagne

Savoir dans quoi on s’embarque est sans doute l’approche la plus sensée! Prenez le temps de consulter la carte des sentiers (sur place, dans le répertoire de Vélo Québec  ou dans les applications Trailforks  et Ondago) et planifiez un itinéraire en fonction de vos capacités. Assurez-vous de comprendre la signalisation et le code de couleurs qui indique le niveau de difficulté. Vérifiez aussi les consignes à suivre en cas d’urgence. Sur plusieurs sites, des balises numérotées vous permettent d’indiquer aux secouristes où vous êtes en cas de besoin. Une autre valeur sûre est de rouler en petit groupe (de 2 ou 3 personnes, idéalement) afin de ne pas vous retrouver seul(e) en cas de pépin. 

Prendre son temps à vélo

Contrôler sa vitesse afin d’être toujours en contrôle de son vélo, prendre une pause pour examiner les obstacles avant de les franchir… c’est permis et souhaitable! Rouler à la limite de ses habiletés est le meilleur moyen de se faire prendre par surprise par un obstacle ou un imprévu. La haute vitesse est un facteur déterminant de gravité des blessures. Pensez donc à vous protéger et à protéger les autres en restant dans votre zone de confort. Il est aussi préférable d’inspecter tout sentier que vous ne connaissez pas ou que vous n’avez pas emprunté depuis quelque temps, car les sentiers peuvent subir des changements au cours d’une saison. Enfin, en contexte de pandémie et d’augmentation du nombre de cyclistes sur les sentiers du Québec, Vélo Québec vous invite à consulter son code de conduite des cyclistes en temps de pandémie

Comprendre et surveiller la signalisation 

Les intersections sont nombreuses dans les réseaux pour le vélo de montagne. Gardez un œil sur la signalisation à chaque embranchement afin de respecter vos capacités. En présence d’obstacles, il y a souvent une voie de contournement (le fameux « chicken pass ») pour ceux qui préfèrent une option plus facile. Assurez-vous de faire un choix réaliste, peu importe ce que vos amis choisissent. Vous êtes la seule personne responsable de respecter vos limites. Lorsque la signalisation indique qu’un sentier est fermé pour travaux, remettez à plus tard l’ajout du sentier à votre tableau de chasse, pour votre sécurité et celle des équipes qui travaillent pour l’améliorer! 

La courtoisie avant la performance 

Avant de faire un dépassement, avisez la personne qui est devant vous de façon courtoise et attendez qu’elle vous donne son accord. Il est possible qu’elle en soit à sa première expérience ou qu’elle fasse son inspection du sentier. Sur les sentiers à double sens, la priorité est à ceux qui montent, d’où l’importance de rester en contrôle de son vélo en descente. Laissez suffisamment de place à ceux qui vous croisent pour qu’ils puissent poursuivre leur montée de façon sécuritaire. Enfin, il est possible qu’en contexte de pandémie, certains sentiers soient temporairement à sens unique ou fermés. Merci de respecter ces mesures exceptionnelles, qui sont en vigueur pour votre sécurité.  

Tout ce qu’il faut dans le sac à dos 

Comme pour toute activité de plein air, apportez suffisamment d’eau et de nourriture pour faire face aux imprévus qui pourraient prolonger votre excursion. Apportez aussi :

  • un téléphone (pile chargée à 100%),
  • un sifflet,
  • de l’insectifuge,
  • des lunettes de soleil qui servent aussi à protéger vos yeux des branches et des débris,
  • un sac à déchets,
  • une trousse de premiers soins,
  • une trousse de réparation
  • des accessoires adaptés à la saison (ex. : veste imperméable, tuque, haut à manches longues).  

Minimiser son impact sur l’environnement 

Respecter le milieu naturel, c’est laisser le moins de traces possible sur son passage. Les freinages brusques et les raccourcis causent des dommages importants qui sont difficilement réparables. Aussi, les déchets organiques, comme les pelures de fruits et les écailles de noix, perturbent les comportements de la faune et doivent être rapportés à la maison. Quant aux vieilles chambres à air et aux cartouches d’air, si on est capable de les apporter, on est capable de les rapporter!

Pour en savoir plus sur le plein air Sans Trace, consultez le site web de Sans Trace Canada

Que faire en cas de pluie? 

Les sentiers de vélo de montagne sont très sensibles à l’érosion et sont souvent fermés temporairement à la suite de précipitations. Avant de partir à l’aventure, assurez-vous que le site est ouvert. Si la pluie s’amène durant votre excursion, rendez-vous vers la sortie avec prudence, non seulement pour ménager les sentiers, mais aussi pour éviter les accidents, car les roches et les racines sont particulièrement glissantes sous la pluie. 

Pour en savoir plus, consultez le guide de la pratique responsable du vélo de montagne de Vélo Québec.

Rédigé en collaboration avec Vélo Québec.